Marceline Desbordes-Valmore, Romances, 1830.

Marceline Desbordes-Valmore, "Une lettre de femme", 1860. Manuscrit.
Marceline Desbordes-Valmore, "Une lettre de femme", 1860. Manuscrit.
Constant-Joseph Desbordes, Marceline Desbordes-Valmore (1786–1859). Musée de la Chartreuse de Douai. Photo (C) RMN-Grand Palais / Agence Bulloz.
Constant-Joseph Desbordes, Marceline Desbordes-Valmore (1786–1859). Musée de la Chartreuse de Douai. Photo (C) RMN-Grand Palais / Agence Bulloz.

"Et, pédant, puisque c’est notre pitoyable métier, nous proclamons à haute et intelligible voix que Marceline Desbordes-Valmore est tout bonnement, avec George Sand, si différente, dure, non sans des indulgences charmantes, de haut bon sens, de fière et pour ainsi dire de mâle allure - la seule femme de génie et de talent de ce siècle et de tous les siècles en compagnie de Sapho peut-être, et de sainte Thérèse." (Verlaine)

Cours

N’écris pas. Je te crains ; j’ai peur de ma mémoire ;

 Elle a gardé ta voix qui m’appelle souvent.

 Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire.

 Une chère écriture est un portrait vivant.

 N’écris pas !


Découvrir l’œuvre

Télécharger
Oeuvre Romances
Desbordes-Valmore_-_Élégies,_Marie_et_ro
Document Adobe Acrobat 63.0 MB
Télécharger
Plan de séquence destiné aux élèves. Version 2020.
Séquence Marceline Desbordes Romances 20
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Écouter les critiques (des écrivains) ou pas

Télécharger
Corpus : Les "juges" de Marceline Desbordes-Valmore
Corpus Critique Marceline.pdf
Document Adobe Acrobat 405.3 KB


RESSOURCES AUDIO-VISUELLES

Mieux comprendre "Les séparés" grâce au magnifique film Cinéma Paradiso...


UNE LETTRE DE FEMME

 

Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ;

J’écris pourtant

Afin que dans mon cœur au loin tu puisses lire,

Comme en partant.

 

Je ne tracerai rien qui ne soit dans toi-même

Beaucoup plus beau,

Mais le mot cent fois dit, venant de ce qu’on aime,

Semble nouveau.

 

Qu'il te porte au bonheur ! Moi, je reste à l'attendre,
Bien que, là-bas,
Je sens que je m'en vais, pour voir et pour entendre
Errer tes pas.

Ne te détourne point s'il passe une hirondelle
Par le chemin,
Car je crois que c'est moi qui passerai, fidèle,
Toucher ta main.

Histoire des arts

Vincent Van Gogh, Nuit étoilée sur le Rhône, 1888. Source : Domaine public, Wikipedia.org.
Vincent Van Gogh, Nuit étoilée sur le Rhône, 1888. Source : Domaine public, Wikipedia.org.
Raphaël, L’extase de Sainte Cécile, 1514-1515, Musée de Bologne. Source : Domaine public, Wikipedia.org.
Raphaël, L’extase de Sainte Cécile, 1514-1515, Musée de Bologne. Source : Domaine public, Wikipedia.org.

Tu t'en vas, tout s'en va ! Tout se met en voyage,

Lumière et fleurs,

Le bel été te suit, me laissant à l'orage,

Lourde de pleurs.

 

Mais si l'on ne vit plus que d'espoir et d'alarmes,

Cessant de voir,

Partageons pour le mieux : moi, je retiens les larmes,

Garde l'espoir.

 

Non, je ne voudrais pas, tant je te suis unie,

Te voir souffrir :

Souhaiter la douleur à sa moitié bénie,

C'est se haïr.



Ressources

Œuvres.

Marceline Desbordes-Valmore, (1786-1859), « Les séparés », dans Les œuvres poétiques, Presses universitaires de Grenoble, 1973 [1839].

Marceline Desbordes-Valmore, Romances, 1830. URL : https://www.poesie-francaise.fr/marceline-desbordes-valmore-romances/

Marceline Desbordes-Valmore, Elégies, Marie, Romances, 1830. URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8610844r/f7.image

Marceline Desbordes-Valmore, Idylles, 1819-1833. https://archive.org/details/posiesdemadamed01saingoog/page/n10/mode/2up

 

Essais.

Françoise Chandernagor, Quand les femmes parlent d’amour : Une anthologie de la poésie féminine, 2018.

 

Ressources universitaires.

« Marceline Desbordes-Valmore, pionnière de la poésie romantique », France Culture, 26 novembre 2019. URL : https://www.franceculture.fr/litterature/marceline-desbordes-valmore-pionniere-de-la-poesie-romantique

PLANTÉ, Christine. Introduction In : Plumes et Pinceaux : Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie [en ligne]. Dijon : Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2012 (généré le 31 janvier 2020). Disponible sur Internet : http://books.openedition.org/inha/3699.